Les noms de domaine génériques (com, gov, info...) sont actuellement au nombre de 22. A ces 22 domaines top-level, il convient d'ajouter les extensions nationales (be, fr, nl...), soit approximativement 250 extensions.

Ce n'est visiblement pas encore suffisant, car l'ICANN, l'autorité supervisant les noms de domaine sur Internet a décidé lors de sa réunion à Singapour du lundi 20 juin, après 6 ans de négociation, de permettre l'utilisation de mots entiers pour extensions, laissant la porte ouverte à un nombre impressionnant de nouvelles extensions.

Verra-t-on un jour des sites comme bieres.jupiler, trappiste.chimay ou encore, moins alcoolisé train.sncb à partir du 12 janvier 2012, date de l'acceptation des demandes ?

Les observateurs du secteur s'accordent à dire que les premiers à profiter de cette opportunité seront les entreprises et les municipalités. Reste à voir si elles seront prêtes à payer les 185000 $ qui seront sans doute nécessaires pour obtenir sa propre extension et si cette libéralisation ne va pas générer une confusion certaine dans la tête des internautes...