Faux amis, faux avis

L’homme est un mouton de Panurge. Lorsqu’il ne parvient pas à se décider sur le choix d’un article, il s’en remet à ses pairs pour l’aider dans son choix. Ainsi, une étude à montré que 70% des internautes se fient aux commentaires en ligne avant d’ouvrir leur portefeuille.

La tentation est donc grande pour les cyber-marchands de (faire) publier des avis élogieux à propos de leurs biens ou services et, tant qu’on y est, de dénigrer leurs concurrents.

Pour lutter contre cet état de fait, certains sites de réservation d’hôtels (tel TripAdvisor) mettent en place des procédures pour détecter les faux avis… Insuffisantes sans doute face aux entreprises qui ont pris comme modèle économique de rédiger toute la journée des commentaires bidons !

Pour lutter contre cette plaie, la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) relève les pseudonymes qui reviennent trop souvent ou les fautes d’orthographe récurrentes. Au États-Unis, l’université Cornell a mis au point un algorithme déclaré pouvant reconnaître 90% des faux commentaires.

Quitte à jeter un froid, la société Testntrust a publié son troisième baromètre des faux avis de consommateurs. D’après eux, la confiance serait en train de s’éroder et le doute s’installerait dans l’esprit des français qui ne sont désormais plus que 19% à « toujours » consulter les avis, contre 24% en 2010 lors de la première étude.

Mais peut-être vous dites-vous que ce phénomène ne concerne que les grosses sociétés capables de payer des mille et des cents pour modifier leur popularité ? Que nenni !

En effet, si les premiers des réseaux sociaux se focalisaient sur les amis réels, l’arrivée des PME et sociétés dans les réseaux sociaux a changé la donne. La presse n’y est d’ailleurs pas pour rien puisqu’elle publie régulièrement des informations faisant état de palmarès de popularité. La conséquence est évidente : la firme relayée par ce biais bénéficie d’une publicité et d’une notoriété aussi gratuite qu’avantageuse !

Vous souhaitez donner l’impression que vous êtes populaire, mais votre compte Facebook ou Twitter ne décolle pas ? Pas de problème. Achetez vos amis ! quelques centaines d’euros suffisent !

boostic

Réponse du berger à la bergère, des sites font à présent leur apparition, tel fakers.statuspeople.com dont le seul but est d’analyser n’importe quel profil Twitter. Il les classera ensuite en 3 catégories :

  • les faux amis
  • les comptes inactifs
  • les vrais

faker

Dans l’exemple qui nous concerne, les 2% de faux n’ont pas été achetés, mais sont certainement des robots de spam qui s’abonnent à un maximum de compte Twitter dans l’espoir d’être suivi en retour et d’augmenter la « crédibilité » du compte qui les a lancé….

A bon entendeur…

Laissez un commentaire :

Vous pouvez publier un commentaire.
Les trackbacks ne sont pas autorisés.