Risque de panne d’Internet et de SMS dans les jours qui précèdent la rentrée scolaire

Les étudiants viennent d’atteindre la moitié de leurs vacances … Ca, c’est le bon temps !

Sauf pour ceux qui ont décroché un job dont les revenus leur permettront de se payer un peu de bon temps (concert, petit voyage, parc d’attraction, petit resto, …) ou de s’offrir des choses que les parents jugent non indispensables (des vêtements ou des chaussures en plus, un GSM alors qu’on en a encore un qui fonctionne, …).

Sauf aussi pour ceux qui ont été ajournés en juin et doivent préparer leur(s) examen(s) de passage …

Et cette année, si on a un gouvernement fédéral d’ici là, ils risquent de devoir encore mieux maîtriser leur matière que les années précédentes !

Imaginez qu’un de nos futurs ministres, qui dans sa jeunesse est allé au cinéma voir Les Sous-doués du réalisateur à succès Claude Zidi et n’a jamais tenté de tricher à l’un des nombreux examens qu’il a réussis avec fruit, ait eu l’idée d’aller passer quelques jours de vacances exotiques en Ouzbékistan. Et là, vendredi dernier, il veut envoyer un SMS en Belgique mais n’y parvient pas; il veut se connecter sur Internet pour envoyer des nouvelles via Facebook … De nouveau impossible : SMS, MMS et Internet étaient en panne … volontaire !

Dans quel but ?

Empêcher les étudiants ouzbeks d’aller chercher les réponses aux questions de leur examen d’entrée à l’université ailleurs que dans leur petite tête …

Et oui, toute la population d’un pays privée d’une partie de ses communications pour en empêcher quelques milliers de tricher.

4950 kilomètres séparent Tachkent (la capitale de ce pays) de Bruxelles et pas mal de sites diplomatiques mettent en garde les voyageurs au vu de sa proximité avec l’Afghanistan et de menaces terroristes potentielles; il y a donc peu de chance qu’un de nos futurs ministres l’aie réellement choisi comme destination de vacances …

tricherie-examen

Laissez un commentaire :

Vous pouvez publier un commentaire.
Les trackbacks ne sont pas autorisés.