Barbarie en ligne

Depuis des temps immémoriaux, des barbares ont perpétré des actes que le commun des mortels ne peut concevoir ni accepter.

On a longtemps cru que la croissance des civilisations allait progressivement éradiquer ces comportements que la nature humaine est la seule à commettre mais il n’en est rien comme l’ont prouvé les nombreux crimes contre l’humanité perpétrés lors des guerres de ce siècle et du précédent.

Auparavant, on était mis au courant de ces crimes atroces par les témoins ou survivants et il fallait parfois des mois, voire des années avant que le monde entier le sache (pensons au temps qui s’est écoulé lors de la seconde guerre mondiale entre le début de l’utilisation des chambres à gaz et le moment où les populations du monde en ont été informées.

De nos jours, non seulement l’information est immédiate mais ce sont en plus bien souvent les auteurs de ces crimes qui les promotionnent en les publiant sur les réseaux sociaux. Je veux ici parler du dernier fait en date, la décapitation du pauvre journaliste américain James Foley, coupable aux yeux des extrémistes qui l’ont sauvagement assassiné, d’être américain … Le pire est qu’ils ont même pensé à lui accrocher un mini micro pour que soit bien audible le texte qu’on l’a obligé à lire avant de le tuer !

Malheureusement, il n’existe pas – encore ? – de système permettant d’empêcher la publication d’images ou de vidéos promotionnant le terrorisme sur YouTube ou d’autres médias, ni leur diffusion via Facebook ou Twitter.

Il existe bien chez YouTube un système de tatouage numérique (watermark) qui permet de repérer automatiquement des vidéos dans lesquelles se trouvent des images  ou des musiques soumises à des droits d’auteur. Les vidéos repérées sont alors automatiquement supprimées. Par contre, pour ce qui est des vidéos montrant des actes de violence, il faut qu’elles aient été signalées par des utilisateurs de YouTube avant d’être placées en quarantaine puis retirées. Chez Twitter, c’est également manuellement que les comptes relatifs à ces faits sont repérés puis supprimés.

La seule promotion que je ferai ici sera celle de la page Facebook « Free James Foley » qui militait pour la libération de James et sur laquelle sa maman a posté un message d’une dignité qui force le respect : «  Nous n’avons jamais été aussi fiers de notre fils Jim. Il a donné sa vie pour expliquer au monde les souffrances du peuple syrien. Nous implorons les kidnappeurs d’épargner les vies des autres otages. Comme Jim, Ils sont innocents. ils n’ont aucun contrôle sur la politique du gouvernement américain. Nous remercions Jim pour toute la joie qu’il nous a donnée. Il a été un extraordinaire fils, frère, journaliste et être humain  ».

Free James Foley (1)

Laissez un commentaire :

Vous pouvez publier un commentaire.
Les trackbacks ne sont pas autorisés.